Bouillons, soupes et veloutés, Plats principaux

Velouté de patidou au morbier

Oui, ça ressemble à de la monomanie. Mais c’est pas de ma faute, en ce moment, il pleut des courges. De toute les sortes, de toutes les tailles, de toutes les formes et de tous les goûts. Je découvre. Je teste. Je rattrape les années où je ne connaissais pas la courge, ou quand on me disait « Citrouille » je pensais uniquement à Cendrillon, ces années où ma maman essayait de cacher des légumes dans la soupe, que mon papa détectait automatiquement… Bref. Je rattrape le temps perdu. Du coup, chaque semaine, il y a une courge différente chez moi.

Je suis tombée sur ces petites courges au détour d’un rayon. J’ai levé les yeux pour lire l’étiquette, et j’ai lu « Patidou ». Enchantée. J’aime bien ce mot « Patidou ». J’imagine quelque chose d’un peu pataud, un peu attendrissant et tout doux. J’imagine une sorte de gros nounours en peluche sur lequel on a envie de se lover. Du coup, j’en ai prit 2 petits, et je me suis dit que j’allais les faire en soupe, parce que ça va bien avec leur côté tout doux et réconfortant, d’un peu gourmand. Et je ne me suis pas trompée !

Soupe de patidou au morbier
Pour 2 personnes – En entrée

– 2 petit patidou
– 1/2 échalote
– 200ml de bouillon
– 3 capsules de cardamome
– 1 grosse pincée de paprika
– 1 grosse pincée de muscade
– 1 grosse pincée de poivre
– 1 grosse pincée de graines de coriandre moulues
– 2 cuillères à soupe de crème
– 100g de morbier (poids sans croute)

Découper un chapeau dans les patidou (à environ 1/4 de la hauteur de la courge).
Enlever les pépins et les fils de la courge.
A l’aide d’une cuillère, et de beaucoup de patience, gratter la chair de la courge le plus possible (sur le chapeau également).
(Vous pouvez également utiliser un couteau, une cuillère à pamplemousse ou à boule de melon)
Couper grossièrement l’échalote et l’ajouter à la chair de la courge, le bouillon et les épices.
Chauffer et laisser cuire à petits bouillons pendant un bon quart d’heure. La chaire de la courge doit être fondante.
(Il ne doit pas rester beaucoup d’eau dans la casserole)
En laissant sur le feu, ajouter le morbier coupé en cube et la crème, et mélanger très rapidement pour que le fromage fonde.
Mixer la préparation pour obtenir une texture veloutée.
Pour servir, verser le liquide dans les courges évidées.

 

Le patidou a une texture fondante, et un petit goût entre l’amande et la chataigne, qui rappelle vaguement celui du potimarron. La couleur de sa chair est d’un beau jaune (atténué ici par l’ajout du morbier). J’ai vraiment bien apprécié. Le reste de la chair (ce qui restait sur les « coques » après dégustation) a été réduit en soupe avec d’autres légumes, un vrai plaisir !

Et pour plus de plaisir, déguster avec une tartine de pain aux noix légèrement grillée… Et c’est l’automne qui vient se déposer sur les papilles !