Se mettre au sport (et s’y tenir)

Moi la non-sportive, l’exemptée de sport au bac, la flemmarde,
je me suis mise au sport.
A la course à pied pour être exacte, ou running si tu préfères.

Se mettre au running

Je n’ai pas grandit dans une famille de sportifs. A la maison, la pratique d’un sport n’était pas une obligation. Petite, j’ai fait de la gym puis de la danse mais j’ai jamais fait plus de 2 ans la même chose. Je crois que c’était plus pour me faire faire  » une activité en groupe » voire pour « développer ma motricité » que pour l’effort sportif en tant que tel (Maman tu peux confirmer ?).

J’ai arrêté l’EPS en 5ème, ayant eu 2 entorses aux cervicales et héritant donc de nombreuses dispenses pour éviter que mes camarades me défoncent la tête avec un ballon ou me brisent le cou en lutte voire en rugby. En 6ème,  j’avais fini 4ème au cross du collège (Grillée sur la ligne d’arrivée, sinon j’étais 3ème quoi !!) sans vraiment comprendre comment j’avais fait. J’ai donc eu le droit (Bon OK l’obligation) de représenter mon équipe au cross départemental avec l’AS.  L’Association Sportive. Que je découvrais ce jour là. Ça m’avait bien plus, j’avais décidé de m’inscrire à la natation l’année suivante.

Durant 3 ans, j’ai donc fait de la natation en compétition, avec l’AS puis en club. J’étais pas très rapide par rapport aux autres, mais j’aimais bien. C’est le seul sport que j’ai pratiqué de mes 12 ans à mes 26 ans. 3 ans de natation. Le sport était pour moi quelque chose de pénible, de fatiguant inutilement et donc une source de demotivation avant même d’avoir commencé.

J’ai fait de nombreuses tentatives. Toujours soldées en échec. J’ai acheté de nombreuses cartes de 10 entrées à la piscine. J’ai payé 2 abonnements à la salle de sport. J’ai jamais réussi à vraiment m’imposer un rythme. J’ai essayé plusieurs fois de courir. Généralement parce que je ne courrais pas seule ou qu’on me faisait comprendre que non, courir 2km c’est pas un exploit. Même si pour moi ça l’était. J’arrêtais.

Et puis un jour, dans un nouvel élan de motivation, j’ai décidé que j’allais courir à mon rythme. Que je me fixerai des objectifs simples. Bas. Mais atteignables. Pas « faciles » pour autant. Mais réalistes.

Se mettre au running

Les clés de la motivation ?
Atteindre son objectif et se voir progresser.

Ça tombe peut-être sous le sens. Quand on n’a jamais vraiment fait de sport, chaque effort est difficile. Mais le fait de progresser rassure. On commence bas, avec ce qui nous semble déjà beaucoup. J’ai commencé par 15mn. Puis 20. Puis 25. Puis 30. A chacune de ces courses, j’avais les pires courbatures du monde. Mais je progressais. Puis j’ai essayer en distance. 5 km… et petit à petit, je suis arrivée où j’en suis aujourd’hui. En 6 mois, avec un rythme assez décousu.

Et pourtant, la course à pied n’est pas le sport le plus conseillé dans mon cas. Des problèmes de dos, des pieds fragiles, une insuffisance veineuse.. (ouais j’ai pas 30 ans et je suis foutue) Mais le besoin d’un sport accessible H24. Alors il suffit de faire les choses correctement, d’acheter le bon matériel pour prendre soin de sa santé…

Pendant des années on m’a dit qu’il fallait que j’évacue mon stress par le sport (Ouais je suis quelqu’un de très légèrement stressé…) et pendant des années je ne l’ai pas fait, parce que dans mon esprit c’était une contrainte plus qu’une libération.

Aujourd’hui, j’ai besoin de courir. Pour évacuer.
Constater l’évolution est une des meilleures récompenses du sport !!

Se fixer des objectifs, et augmenter petit à petit.
Se voir avancer.
Se lancer des défis. Les relever.
Pousser petit à petit ses limites,  en s’écoutant.
Se faire du bien.
Rechallenger toujours sa zone de confort avec de nouveaux objectifs..

Moi, la non-sportive, j’ai couru 10 km. En course officielle.
Mais ça, je vous en reparle bientôt !

Se mettre au running

Et vous, vous courrez ? Depuis longtemps ?

8 commentaires

  • Hello Tiphaine!
    Félicitations!

    Peut-être qu’une catégorie nutrition sportive verra un jour le jour sur ton blog?
    Je te donne ma recette préférée: le gâteau à la farine de chataigne et au cerneau de noix.
    La version sportive ne contient pas de crème mais elle reste délicieuse, vite digérée le matin et plein de bonnes choses pour la course.

    Je te recommande une course à faire entre copines l’ancilevienne. Un Run’n’bike autour du lac d’Annecy. Je la fais surement cette été…

    A quand le premier semi ;)

    • Héhé, merci Thomas ! Je vais passer par la case 15 km avant le semi parce que pour le moment ça tire encore un peu sur les genoux et dans les poumons :D Et merci pour la course, je regarde ça :)

  • Comme toi je me met au sport… J’ai commencé avec la zumba en septembre, 1 fois par semaine, puis 2, puis certains week-end pour les évènements. Depuis le printemps, je me suis mise au running aussi, et comme toi j’augmente progressivement. Je n’en suis pas encore aux 10kms, mais ca viendra ^^

  • A force de voir mon entourage s’y mettre ça m’a presque titiller les orteils mais non je déteste définitivement courir donc je préfère enfourcher mon vélo d’appart devant un bon film ;-) En tous les cas respect à toi, j’admire vraiment

  • Bonjour,

    Je te remercie pour cet article.
    Avec quelles genre de baskets fourres-tu ? Et sur quels types de sol ?
    Car moi aussi, je souhaiterais pouvoir me mettre à la course mais comme toi j’ai des problèmes de dos assez conséquents donc je serais preneuse de conseils pour pouvoir courir en se protégeant le dos malgré tout….;-)
    Merci par avance

    • Je cours avec des Vomero 10 + semelles de sport spécifique. Elles sont relativement cher (mais en solde en ce moment !!) mais elles ont un excellent amorti qui protège le dos.
      Pour le sol, je cours souvent sur le goudron (pas bien) et sur des chemins de bois (sans racine ni caillou pour protéger les genoux et cheville). Si tu as de gros gros soucis de dos, je te conseille de courir sur l’herbe mais faut trouver l’endroit… Le mieux est sûrement de demander à un kiné ou médecin spécialisé dans le sport :)

Laisser un commentaire