Gâteau crousti-choco : Premier essai de sky high cake (ou layers cake)

La semaine dernière, nous fêtions l’anniversaire d’une de mes copines. Qui dit anniversaire, dit forcément gâteau. Connaissant la damoiselle, j’avais envie de lui faire un bon gros gâteau qui te donne envie de dire woah ! J’ai donc jeté mon dévolu sur un layers-cake, également appelé « sky high cake » ou « gâteau multi-couches » en français dans le texte.

Le gâteau multi-couches est composé de plusieurs gâteaux (les couches donc), que l’on empile les uns sur les autres en insérant un fourrage (glaçage, ganache, pâte à tartiner) entre les couches. Un jour, je te ferai un « cours » plus approfondi sur le layers-cake mais j’ai encore besoin de parfaire ma technique ! Le sky-high cake est un layers cake avec plein de couches « qui vont jusqu’au ciel » (l’exagération américaine quoi).

Le principe n’est pas très compliqué. La réalisation est juste assez longue, il te faudra une bonne après-midi (ou t’y prendre sur 2 jours). J’ai utilisé une base de gâteau au yaourt. On peut également utiliser une base de génoise ou de quatre-quart, de gâteau au chocolat, de carrot-cake… Bref, pas mal de choses ! J’ai voulu un gâteau tout chocolat, avec un côté croustillant qui contrebalance le fondant et le moelleux de l’intérieur… Pour le fourrage, je n’ai pas cherché trop loin. Je ne suis pas fan de la crème au beurre (je l’ai assez dit), j’ai donc utilisé mon cher ami le nocciolata, plus sympa que le nutella (bien moins « huileux »). Bref, un gâteau tout choco qui a bien plu pour un premier essai !

Sky-high cake crousti-choco
Pour plein de personne (une 20aine)

La base :

– 2×1 yaourt nature
– 2×2 pots de farine
– 2×1 pot de poudre d’amande
– 2x3oeufs
– 2×2 sachets de sucre vanillé
– 2×1 pot de sucre blanc
– 2×1/2 sachet de levure
– 2×1/4 de pot de beurre fondu
– 2×2 cs de purée d’amande blanche
– colorants liquide (facultatif)

Il est question ici de réaliser 2 gâteaux au yaourt que nous couperons en deux pour avoir 4 couches. Si t’en as les moyens matériels, tu peux réaliser la pâte et la répartir dans 4 moules de taille égale.

Dans un saladier, verser le yaourt. Nettoyer le pot et l’utiliser pour mesurer les autres ingrédients. Ajouter le pot de sucre et le sucre vanillé. Bien mélanger. Ajouter ensuite la farine, la levure et la poudre d’amande. Bien mélanger, la pâte est très pâteuse à ce stade là. Ajouter ensuite les oeufs. Mélanger à nouveau. Finir par le beurre fondu et la purée d’amande blanche.

Vous pouvez ajouter quelques gouttes de colorants liquides (7/8 gouttes selon la couleur). Ici, j’ai eu la main un peu trop légère (5 gouttes), le contraste n’était pas assez marqué après la cuisson.

Mettre la pâte dans un moule beurré et fariné. Faire cuire à 200°C pendant 30 à 45 minutes (selon la taille du moule). Faire refroidir totalement.

Répéter l’opération pour le second gâteau.

 

Le fourrage (pour un gâteau de 17,5 cm de diamètre)

– 1 pot de nocciolata
– 1/2 paquet de kitkat balls

A l’aide d’un couteau, écraser les kitkat balls de manière à avoir des morceaux de tailles différentes (garder tout de même des morceaux et pas que de la poudre). Travailler le nocciolata pour qu’il soit malléable puis insérer les morceaux de kitkat balls. Mélanger pour avoir un fourrage homogène.

Le montage, le glaçage et le finiolage

Montage

Découper le haut des deux gâteaux pour qu’ils soient plats (et de taille identique). Découper ensuite chaque gâteau en deux pour obtenir 4 couches de hauteur identique (dans la mesure du possible…) Déposer 2 cs de fourrage sur une face de gâteau et répartir. Déposer une seconde couche de gâteau et répartir à nouveau deux cuillères à soupe de fourrage. Si 2 cs ne sont pas suffisantes pour recouvrir la surface du gâteau, à vous d’adapter les quantités. Finir en déposant une couche de gâteau face « cuite » sur le dessus (pour avoir une base « plane » à glacer).

Le glaçage

Glaçage royal au cacao (pour un gâteau de 17,5 cm de diamètre et 13cm de haut)

– 170g de sucre glace
– 50g de cacao amer (type VanHouten)
– Le blanc d’un gros œuf
– 1 cs de jus de citron
(un peu de cacao pour au cas où)

Tamiser le sucre glace et le cacao pour éviter les grumeaux. Ajouter le blanc d’oeuf et le jus de citron. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte assez épaisse. Si trop liquide, rajouter du cacao (ou du sucre glace pour garder les proportions). Si trop épais, rajouter quelques gouttes de jus de citron.

Je te conseille de déposer ton gâteau sur le plat de service, pour plus de praticité… Parce qu’après, c’est coton pour le déplacer sans abimer le glaçage…

A l’aide d’une spatule coudée (un petit ustensile fort pratique pour glacer), appliquer le glaçage. Déposer tout d’abord une grande quantité de glaçage sur le haut du gâteau, puis répartir. Déposer ensuite un peu de glaçage sur un bord du gâteau et le répartir doucement avec la spatule coudée. Cette étape est longue et demande pas mal de patience… Le glaçage royal sèche vite. Je vous conseille donc de travailler par « couches » de glaçage : une première couche pour boucher les aspérités, puis une seconde couche pour glacer le gâteau. Si votre glaçage devient trop sec, rajouter quelques gouttes de jus de citron (mais pas trop, sinon votre glaçage va être trop dilué et devenir brillant). Nettoyer le support pour finir.

La décoration

Alors là, c’est comme tu veux ! Ici j’ai mis quelques mini-nounours en guimauve autour, et des kitkat balls sur le dessus (parce qu’il fallait de la place pour les bougies). Il faut déposer les bonbons une fois que le glaçage vient d’être appliqué (pour que ça tienne bien). Tu peux mettre des fraises tagada, des smarties, des barre de kitkats, des ferrero-rocher… Enfin un peu tout ce que tu veux :) Après si le coeur t’en dit, tu peux fabriquer des petites figurines ou motifs en pâte d’amande/pâte à sucre, mais moi j’avais pas vraiment le temps…

Repos

Il est important que le gâteau repose un peu avant le service. Disons 2h minimum au frigo (pour que le glaçage tienne bien). Tu peux le laisser toute une nuit, ça n’en sera que meilleur !

(Les photos de l’intérieur du gâteau, prises à la lumière artificielle… BERK)

Le gâteau a fait son effet. Il a d’abord beaucoup plus à tous les usagers du métro parisien que j’ai croisé ce jour là… N’ayant pas de cloche pour mon plat, je me suis donc baladée avec le gâteau dans les mains (sur le plat de service). Je pense que je n’ai jamais eu autant de paires d’yeux braquées sur moi (et avec une telle lueur d’envie dans les yeux). L’expérience était amusante (une fois descendue du métro surtout…). Tu as envie de hurler dès que le métro secoue (parce que forcément, le métro est TOUJOURS blindé quand tu arrives avec ton gâteau et tu dois jongler pour éviter le drame) ou dès qu’un c*nn*rd de parisien fonce tête baissée dans la foule…

Si tu cherches un gâteau aérien et fin, passe ton chemin. Le gâteau n’est pas bourratif (grâce à la texture moelleuse du gâteau au yaourt) mais une part suffit à caler un estomac. Il n’est pas vraiment lourd pour autant (la couche de fourrage étant assez fine et pas écœurante), il est juste consistant dirons nous !

Prochain essai… j’hésite entre un fourrage confiture, glaçage cream-cheese ou un fourrage lemon-curd et glaçage meringué… A suivre ;-)

 

18 commentaires

Laisser un commentaire