Le Quinzième – Diner d’anniversaire

Aujourd’hui, j’ai 22 ans.

Et oui, l’étudiante ne le sera bientôt plus. L’étudiante vieillit et sera bientôt « La jeune cadre dynamique ». Enfin, encore 1 an et demi donc bon. Mais bref, le point n’est pas là. A l’occasion de mon anniversaire, mon chéri m’a fait une magnifique surprise.Hier soir, vers 18h30, mon chéri m’annonce : habille toi bien, on sort ce soir, on doit être partis à 19h15. Ahum, comment dire… 45 minutes pour se préparer ??? Ma mission si je l’accepte : prendre ne douche, brushing, maquillage, habillage en moins de 45 minutes. Défi relevé ! A noté qu’hier, c’était également nos 14 mois d’amour. Chronologie de la soirée.

19h14 : Perchée sur mes 8 cm de talons, nous nous en allons direction… Et ben je ne sais pas. Je me laisse guider. On va prendre le bus. Bizarre, le bus ? D’habitude, on prend le métro lorsque l’on va quelque part.

19h22 : Le bus arrive. Je m’assoie, et je zieute Mr L’étudiant pour essayer de lui tirer les vers du nez. Je cherche, bizarre, je ne vois vraiment pas.

19h30 : Je fouille mon cerveau, non, toujours pas d’idée. Totalement résignée, je me laisse aller à la surprise.

19h45 : On descend du bus. Mr L’étudiant cherche sur son portable le chemin à prendre (Oui, l’homme ne peut plus imprimer un plan, il cherche sur son téléphone). On emprunte la Rue Balard.

19h52 : On traverse la rue, direction une petite rue parallèle : Rue Cauchy. Tiens, ça me dit quelque chose… Je cherche.. On marche et..

19h55 : AAaaaaaaaah ! Le restaurant est là, face à nous, face à moi. Mon ventre est ravi, mes yeux pétilles, mes joues me font mal tellement je souris. Wow ! LE QUINZIEME !

20h02 : Mr L’étudiant me tient la porte. 10 serveurs (au moins!) nous saluent et nous disent Bonsoir. Un serveur nous demande à quel nom est faite la réservation. Je regarde l’endroit avec de grands yeux : style épuré, charmant, lumière tamisée… On prend nos manteaux.

20h04
: Un serveur nous assoie à une petite table. Monsieur prend la banquette, je m’assoie dans un fauteuil cosy mais pas avachie. J’adore.

20h10 : Apéritif ? Allons-y, après tout, c’est mon anniversaire ! Deux kirs royal à la framboise sont commandés.

20h15 : On nous apporte nos coupes de champagne ainsi que de petits amuse-bouches pour l’apéritif.

20h17 : On trinque. Un serveur nous apporte la carte. La mienne n’a pas les prix, bien sûr, ce ne serait pas drôle sinon… On choisit. Champagne ou pas champagne ? Allez, soyons fou, champagne !

20h20 : On se lance à l’assaut des amuse-bouches. C’est fin, c’est bon, ça fond, ça croustille. L’idéal ! Ma bouche en re-veut

20h30
: Un serveur nous apporte du beurre, mais pas n’importe lequel. C’est du « beurre au sel fumé au bois de hêtre ». Dis comme ça, on voudrait juste regarder le beurre et ne pas le goûter. Un autre serveur arrive et nous propose de choisir parmi « une sélection de pain biologique » : pain aux figues, pain aux céréales ou pain au levain. Ça sera pain aux figues pour moi et pain au levain pour lui.

20h32 : Un serveur nous sert notre première coupe de champagne : Veuve Cliquot Vintage Rich 2002. Un petit gout sucré, de fines bulles.

20h40 : Une mise-en bouche arrive.


A gauche – les amuse-bouches : (de gauche à droite) : Petite gougère au comté, Dés de saumon en chaud-froid et fine tartelette en crème de champignon. A droite – la mise en bouche : émulsion de châtaigne et médaillon de fois-gras poêlé.


20h42 :
Dégustation de la mise en bouche. L’émulsion est surprenante, le goût de la châtaigne est délicieux et se marie parfaitement au fois gras qui n’est pas écœurant (pourtant, j’ai du mal avec le foie gras chaud).


A gauche – 1ère entrée : Foie gras de canard des landes, mi-cuit, avec une fine gelée au coing et safran sur le dessus. Brioche maison toastée.
A droite – 2ème entrée : Gnocchi de pommes de terre, crème de truffes blanches d’Alba, au centre crème de laitue du Pays Basque, Copeaux de Parmesan Reggiano

20h50: La première entrée arrive. C’est beau. Le foie gras est un peu difficile a découpé mais au final, c’est que du bonheur. La gelée de coing se mélange parfaitement au goût du foie gras. Une association que je ne connaissais pas et que je vais garder. On déguste tout doucement le foie gras accompagné de la brioche, et pour finir, avec le pain au figue pour moi.

21h03 : On débarrasse nos assiettes. Je me lance : je prends le couteau à beurre et je tartine un peu sur mon pain. Le beurre est bon, le sel fumé donne un sacré goût au tout. J’aime.

21h06 : Je tente une première intrusion aux toilettes. Que dire. Je ne sais pas vous, mais chez moi, les toilettes sont un critère pour apprécier ou non un restaurant. Et là je dois dire que… C’était pas très réussi. Un seul toilette, petit, exigu et très mal éclairé. Mon talon se prend dans la grille sur le sol (à quoi elle sert ?), la cuvette semble datée… Humphr.

21h08 : Je retourne à ma place. Et continue à grignoter mon pain.

21h10 : Un serveur me propose du pain parce que j’ai fini le mien. Pain aux céréales cette fois-ci.

21h12 : La deuxième entrée arrive. Les gnocchis sont beaux. Je ne suis pas très gnocchis, c’est souvent pâteux, chewing-gumeux, étouffe chrétien. Ceux là étaient moelleux, léger, ils fondaient sur la langue. Parfait. La crème de truffes était légère et se mariait bien aux gnocchis. La crème de laitue était surprenante mais, mélangée au reste, apportait une petite touche adorable.

21h20 : Je coupe un petit morceau de pain et, comble du comble, interdiction suprême et affront : je sauce. Je sais, c’est mal. Mais la crème de truffe était tellement délicieuse que je ne voulais pas en perdre une miette. Alors discrètement, je sauce.

21h24 : On nous retire nos assiettes. Le champagne comment à me monter à la tête, je souris béatement. On nous propose notre second champagne : Veuve Cliquot Vintage 2002.

21h32 : Le premier plat arrive.


A gauche : Sole de petit bateau, sauce au vin jaune et trait de jus de laitue (ou d’épinards) – A droite : sa purée de pommes ratte légèrement vanillée.

21h33: Par où commencer ? Le poisson, doux, léger, délicieux. Une cuisson légère, une sauce avec un bon goût de vin jaune. Le trait de jus vert n’apportait pas grand chose, si ce n’est de la décoration. Le goût de la sauce suffisait largement au poisson. Et la purée de pomme de terre, Mousseline peut se r’habiller ! Une purée douce, onctueuse. Une texture crémeuse et un bout gout de pomme de terre. La vanille adoucit le tout et parfume parfaitement le plat. On a déguster petit à petit, et sur ce point, Mr L’étudiant m’a rejoint dans mon saucage discret.

21h51 : J’ai un sourire énorme sur le visage, la faute à la bonne nourriture, et surement aussi au champagne.

22h10 : On nous apporte l’entre deux plats pour se rafraichir : un sorbet citron et jus de basilic frais. Le jus de basilic se marie très bien avec le citron. C’est frais, ça fait du bien. Le tout est peut être un peu trop sucré à mon goût.

22h15 : Je retourne aux toilettes. Mais cette fois-ci, j’ouvre la fermeture de ma robe. Oui, quelle idée de mettre une robe qui nous sert déjà l’estomac alors qu’on a rien mangé ? Pas le choix, pour ne pas étouffer, il faut desserré. Heureusement,t j’avais prévu un petit gilet. On ne voit rien. Je vais pouvoir continuer gaiement ! On me propose du pain, j’accepte cette fois-ci volontiers le pain au levain. J’aurai tout goûté !

22h21 : Le second plat arrive.


A gauche : Sorbet au citron et jus de basilic frais, feuille de shiso– A droite : Suprême de volaille gauloise blanche, crème Albufera (Porto, Cognac), crème de parmesan et entourée de spaghetti cuisiné comme une carbonara.

22h23: On attaque. Petite gorgée d’eau pour enlevé le goût du citron. La fourchette pique le suprême, le couteau coupe sans encombre la volaille. Elle est douce, parfumée grâce à la sauce. La crème de parmesan est douce mais correctement parfumée et surtout, pas écœurante (c’est parfois la sensation que j’ai avec les crème au fromage). Je ne sens pas trop la « cuisson comme une carbonara » des spaghettis, mais c’est bon, donc c’est l’essentiel.

22h30 : On nous enlève nos assiettes et nous propose du fromage. Pourquoi pas ! Mais une assiette pour deux suffira, parce que ça commence déjà à être difficile. Par contre, j’ai fini mon pain. J’ai gouté les trois pains donc… du coup… on va reprendre du pain aux figues s’il vous plait !

22h45 : Toujours pas de fromage. Un serveur arrive pour s’excuser, il va voir où ça en est. L’avantage, c’est qu’on commence à digérer.

22h52 : Toujours rien.

22h58 : Aaaah, le fromage arrive ! Par contrer euh, on avait dit une assiette pour deux, et on se retrouve avec une assiette chacun. Tant pis hein, on va pas gâcher ! Saint Nectaire, Abondance des alpages et brian savarin. Ouf, le fromage est passé. Plus que le dessert et c’est bon.

23h12 : Une assiette arrive. Mais, bizarre. Ah. C’est le pré-dessert. Vous ne le verrez pas en photo car nous l’avons mangé sans même penser à le prendre en photo… Il s’agissait d’une déclinaison autour du citron : Crème au citron, sorbet au citron, petit gâteau au citron, feuilles de shiso.

23h15 : On nous sert notre dernier champagne : Un Veuve Cliquot Vintage Rose.

A gauche : l’assiette de fromages prise en photo avant d’être totalement finie. A droite : notre dernier champagne.

23h20 : Je vais encore une fois aux toilettes. La démarche est mal assurée à cause du champagne.

23h22 : Je reviens, et, surprise : il y a déjà le premier dessert. Il a l’air frais. Un serveur vient nous annoncé le nom.



A gauche : Ananas du Costa Rica rôti à la vanille Bourbon et Raisins de Corinthe, Sorbet au lait d’amande acidulé. – A droite : Madagascar : Crème légère de chocolat au Tanariva, croustillant au Praliné et Fraicheur au citron vert.

23h24: Le premier dessert est frais et léger. La glace est délicieuse, elle a un bon goût d’amande, qui me rappelle un peu le goût du sirop d’orgeat.23h35 : Le second dessert arrive. Il devient difficile de trouver de la place dans mon estomac, mais pour du chocolat, tout est possible ! C’est le dernier plat, mais quel plat ! Le chocolat était juste délicieux !!! Le sorbet au citron se marie très bien au chocolat et apportait un peu de fraicheur ! Un vrai bonheur ! La sauce au chocolat était légèrement chaude, inoubliable !

23h45 : C’est fini ! On nous remercie et nous souhaite une bonne soirée. Cela fait du bien de marcher, mon ventre est sur le point d’exploser. Je n’aurai peut être pas dû mangé autant de pain ! Mais en tout cas, ce fût un merveilleux repas !

Et comme si cela n’était pas suffisant, nous sommes repartis avec un petit cadeau dans un joli sac :



Gâteau marbré avec nappage au chocolat – photos prises à l’appartement

Ce merveilleux gâteau va être déguster dans quelques instants, pour notre gouter ! Il a l’air moelleux et sent tellement bon qu’il est difficile de vous en parler sans avoir l’eau à la bouche !

Edit – Samedi 13 novembre, 17h02 : Un délice ! Même s’il ne diffère pas vraiment d’un gâteau marbré ordinaire, il est bon. Le nappage au chocolat est divin ! Un délice !!!

En bref, la soirée fût super, la nourriture excellente. Seuls bémols : les toilettes sont petits et pas au top, et je n’ai pas vu Cyril…


Merci beaucoup mon amour pour cette superbe soirée !

_______________________________

Restaurant Le Quinzième
14 Rue Cauchy 75 015 Paris
http://www.restaurantlequinzieme.com
Pensez à réserver longtemps à l’avance (2 à 3 mois). Pour les prix, comptez environ un mois d’indemnité minimum de stage pour un repas pour 2 avec le menu Dégustation & Champagne.

5 commentaires

Laisser un commentaire