Concours les Toqués & Petites recettes

Oui, je sais, je n’ai pas posté de recettes cette semaine…

Mais comme vous le savez peut-être déjà, je cuisine généralement le week-end, pour pouvoir vous proposer des recettes la semaine. Sauf que ce week-end, j’ai certes cuisiné, mais pour d’autres raisons… Le week-end dernier se déroulait à Reims la première édition des Toqués, le premier concours de cuisine en amateur dédié uniquement aux étudiants. Et j’y ai participé.

La destinée passe parfois par de drôles de chemins.

Le début de cette histoire remonte à début de septembre, où j’ai rencontré Julie lors d’une soirée étudiante quelque peu arrosée, où la boisson m’avait rendu drôlement sociable. Pour des raisons simples, j’ai fini par rajouter la demoiselle sur le réseau social au grand F. Quelques mois plus tard, nous nous sommes aperçues que nous ne partagions pas uniquement les chaises de la même école elle et moi, mais également une passion : la cuisine. (La demoiselle a un blog d’ailleurs, si tu veux aller voir c’est par ici).

Au début de l’année, après que mes fonctions de stagiaire de fin d’étude m’aient éloigné de la Cité des sacres, une des associations de notre école a lancé un événement : ce fameux concours de cuisine. Quelques semaines plus tard, me voici donc inscrite à un concours de cuisine avec une fille croisée une fois en soirée arrosée, et une autre fille que je ne connais ni d’Eve ni d’Adan. Tu vois le tableau ?

Bref. Vendredi dernier, je saute dans le TGV direction Reims. Nous avions prévu une soirée « et si on apprenait un peu à se connaitre pour éviter de se taper dessus demain ? ».

Les Toqués Concours de cuisine étudiante

Samedi, 10h30.
Nous débarquons au centre des congrès pour venir « s’enregistrer ». Récupération du welcome pack, petit café en ville avant « le début des hostilités ». Les différents « juges » du concours sont tous plus impressionnants les uns que les autres. Les « juges officiels » ne sont autre que 3 chefs étoilés: Arnaud Lallement (L’assiette Champenoise), Phillipe Mille (Les crayères), Akrame Benallal (Akrame), et 2 anciens candidats Top Chef: Ruben et Alexis. Outch.

Les équipes au travail – Copyright Service Communication RMS

Samedi, 14h. Début des hostilités.
Épreuve 1 : « La règle des 5 by Nestlé Dessert ».

Comment vous décrire simplement la situation. Imaginez 32 équipes de 3 étudiants dans une grand hall de centre des congrès. Imaginez un four, un frigo et un « point d’eau où tu dois amorcer une pompe avec ton pied pour avoir de l’eau » pour 4 équipes. Imaginez un plan de travail avec 2 plaques électriques pour 3 paires de mains. Imaginez nous en train de nous demander ce qu’on va bien pouvoir cuisiner…

La pression est à son comble.

On réparti les tâches, on épluche, on coupe, on écrase, on mélange, on fond… Notre dessert se transforme au fur et à mesure du temps, des moyens, des contraintes. On dresse, on range, on tente de tout nettoyer. Ce que nous avons sorti était TRES loin de notre première idée… Mais au final, c’était un peu de nous 3 dans un dessert.

Seconde épreuve : Sublimer un plateau repas des restos du cœur.
Réaliser 4 plateaux en 1h. Entrée, plat, dessert, à partir d’un panier donné.

Brain-storming, répartition des tâches. Entrée, plat, dessert. Un chacun. Encore ces deux foutues plaques. Cette fois-ci pour 3 personnes devant réaliser 4 plateaux. Ahum. La blague.

Julie a pris en charge l’entrée, Charlène le dessert et moi le plat. Poulet mariné à la bière, moutarde et oignons, riz. Classique. Simple. Sauf quand tu essayes de faire cuire 4 blancs de poulet dans une poêle de 15cm de diamètre, que ton poulet vient de chez Lidl et qu’il transpire donc 15 litres d’eau.. Et que tu a mis ton poulet à cuire 15mn avant le gong final. Tu flippes. Tu deviens master en système D en créant une sorte de « couvercle de fortune ». Dieu existe. Ton poulet est cuit au moment de la dégustation. Le dressage est juste catastrophique (Tu as déjà vu une barquette de resto du coeur ? Tu fais comment du glam dans un truc aussi dégueux ?!)

Bref.
Pendant cette épreuve, on nous a annoncé le résultat provisoire suite à la première épreuve. Le speaker (tu vois le mec qui parle non-stop le samedi dans un hypermarché ? Ben pareil), annonce les noms au fur et à mesure. « 6ème : Les startelettes« . Nous ?! Échange de regards interrogateurs avec Julie. Visiblement, ça avait plu !

Soirée du samedi soir. Espoir.

Dimanche matin.

Petit déjeuner.
Annonce du classement provisoire à l’issue de la 2ème épreuve. 5ème. Ah. Il va donc falloir assurer pour rester en course… C’est le cas de le dire !

Épreuve 3 : « Le rallye des Toqués ». Ou comment on a failli mourir.

Tu m’as déjà vu faire du sport ? Non ? (Comment ça « ça se voit » ?!).
L’épreuve consistait à courir partout. Étant rémoises (d’adoption), nous avions 10minutes de pénalité pour cause de « Tu connais la ville comme ta poche. » Sauf que je cours à la vitesse du lamantin sur la plage. Et que mes deux coéquipières aussi. Épique.
Nous voici donc parties à la recherche des différents stands pour acheter nos ingrédients. La liste de courses devait permettre de réaliser 3*8 bouchées apéritives. Les choix étaient réfléchis entre deux « je reprends mon souffle; Comment ça on dirait Dark Vador quand je respire ?« . Les ingrédients ont été choisi rapidement, tant qu’à faire. Pas besoin de tonnes de choses, on ne gaspille pas. Réadaptation des plats en fonction des ingrédients glanés. Courses intenses et sprint final. C’est passé, tout juste.

Repas de lasagnes salvatrices. (Je ne vous raconterai pas les courbatures du lendemain.)
Annonce des 8 équipes sélectionnées en demi-finale. Dans le désordre. Nous y sommes. Joie.

Dimanche, 14h.
Épreuve 4. La demi-finale.
Réalisation de 3 bouchées pour un apéritif dinatoire, Déclinaison en 8 pièces. 1h. « Lolilol ».

Répartition des tâches, comme d’hab. Épluchage, découpage, cuisinage. On s’affaire, on court. Plus de place. Contrainte des ingrédients. C’est la course, on essaye de rattraper, on fait au mieux, on dresse. C’est visuellement pas l’éclate totale, mais nous n’avions pas prévu les fioritures. Et à quoi bon… Système « entrée-plat-dessert » : Mousse de betterave surplombée d’épinards, roulé de jambon cru à la compotée d’oignons (avec ma touche perso) et crumble pommes-amande. Classique.
Les 5 jurés goutent. On essaye de lire sur le visage. Pas facile.

Nos 3 bouchées apéritives – Copyright Service Communication RMS

Les réalisations des autres équipes étaient justes magnifiques. Nous n’avons pas gouter, mais visuellement c’était parfois très audacieux, fin, osé. Épatant.

Le temps des délibérations. On se détend. On échange, on discute. On est contente d’être arrivées jusque là…

16h. L’annonce des 2 équipes finalistes.
La première équipe sélectionnée, i.e l’équipe ayant plus de points à ce stade de la compétition : 3 étudiants de Grenoble école de management. Normal. Leur équipe était dans le trio de tête depuis le début. Une technique incroyable, une finesse dans la réalisation et de belles idées.

Annonce de la seconde équipe sélectionnée. Reims 6.
Wait. WHAT ?! Yeux exorbités, nous échangeons un rapide regard. Nous. En finale !!
Mais on va cuisiner QUOI ?! Aucune réflexion là dessus au préalable, contrairement à l’épreuve précédente. Aucune suspicion de pouvoir arriver jusqu’à ce stade de la compétition (et qu’on me corrige si je me trompe, je pense que personne n’aurait misé un kopeck sur nous…). Bref. Quand faut y aller, faut y aller. On n’a pas grand chose à perdre.

H-1h.
Go lancé. Nous avons une heure pour faire un plat et un dessert, libres, mais déclinés en 5 assiettes. Nous tournons en rond dans la boutique. On regarde, on juge. Il faut une idée, vite. L’équipe en face était visiblement préparée. Pas nous. On se réparti les tâches. Je prends en charge le plat. Les filles, le dessert.

H-50mn.
J’ai trouvé mon plat. Je ne vais pas réinventer la poudre, mais c’est un plat que j’affectionne. Je vérifie, les ingrédients sont dispos. Quel accompagnement ? Quelque chose de simple, équilibré. Rien qui viendrait alourdir le plat.

H-48mn.
Ce sera donc involtini de poulet au fromage frais, riz sauté aux courgettes. Dit comme ça, ça n’envoie pas du rêve. Un plat simple. Comme d’habitude.

H-45mn.
Lavage de courgette. Sortage de planche à découper. Allumage de plaque. J’ai dit allumage de plaques. LES PLAQUES BORDEL ! Branle-bas de combat. Les plaques ne fonctionnent pas les loulous. J’ai besoin des PLAQUES ! AU SECOURS !

Chef Benallal en train de tester les plaques – Julie et Charlène en grande réflexion – Copyright L’Union

H-43mn.
« Oublie que tu n’as pas de plaques. Va chercher ton riz ma grande. Laisse les trouver la solution, c’est pas ton problème. » Coupage de courgette en dés. Préparation de l’eau pour le riz. Préparation de la poêle. Est-ce que je pourrais avoir des plaques qui chauffent siouplé. Ah, c’est un problème lié à l’alimentation de notre côté. Génial. ARGH.

H-40mn.
C’est bon. Les plaques fonctionnent. Action. Courgettes à faire revenir, riz à faire cuire, d’un coté. Poulet à préparer de l’autre.
Préparation de la farce pour le poulet. Simple. Assaisonnement basique. Pas de fioritures, pas de ça dispo au mini market. Fromage frais-ciboulette hachée-poivre. (Une échalote n’aurait pas été de refus en fait).

H-35mn.
J’aplatis le poulet. Je découpe le jambon. Je pose la farce au centre. Je roule. Pas de ficelle, pas de cure-dents. Aujourd’hui, on travaille sans filets ! Pas le temps.

H-28mn.
Dés de courgette prêts. Riz prêt. On réserve.

H-25mn.
Votre mission si vous l’acceptez, faire cuire du poulet enroulé en 20mn sans le faire cramé et sans le faire trop perdre d’eau. Haha. Checking rapide avec les filles. Tout va « bien ».

H-18mn.
Bonjour, je suis ton poulet et j’ai décidé de ne pas cuire.
Et moi, je suis la plaque électrique et je fais ce que je veux.

H-15mn.
Je fous la poêle au four. (Je fais ça chez moi, je me retrouve avec une poêle fondue. Mais bon). J’oublie la poêle (volontairement hein). Je prie pour que ça cuise. En face, l’équipe adverse commence à dresser. Pression.

H-12mn.
Je remets le riz et les courgettes dans une poêle, feu vif.

H-10mn.
Je sors les assiettes, je pose le cercle à dresser. Checking du poulet. Visiblement il est coriace. Je me brûle au passage. Pas le temps de chouiner, tu es dans la mouise ma grande. Je veux être Shiva.

H-8mn.
Tel l’escargot, je commence à dresser. 4 cs d’accompagnement par cercle. Pas de poussoir… Va donc falloir tasser à la cuillère. Suspens à chaque lever de cercle, tel l’enfant de 5 ans qui soulève doucement son seau de peur de voir son château de sable s’effondrer.

H-4mn.
Tiphaine. Ton poulet. Faudrait peut être le dresser aussi. En face, ils ont quasiment fini. Là, tu as des ronds de riz dans une assiette. Pas ouf ma grande.

H-3mn.
Première assiette. Brin de ciboulette. Involtini de poulet. Je ferme la ciboulette en nœud. Le speaker est en train de mettre la pression. Ils ont mis la musique « qui fait genre tu stresses ».

H-2mn.
Deuxième assiette. A cette vitesse là ma grande, les jurés vont devoir se partager les choses. Oui, mais je veux que ça soit un peu chaud !
Posage de tous les brins de ciboulettes à l’arrache. Dressage des involtini tant bien que mal. Ecroulement des fondations de certains châteaux de sable (aka « le riz et les courgettes » hein). ARGH.

H-30secondes.
Faire encore 4 noeuds avec des brins de ciboulettes. Sans tout faire tomber. Impossible. Trop long.

Bim final.
Dépressurisation de la cabine. Cerveau OFF.
Service du plat. Je ne regarderai pas les chefs déguster. Pour changer, je ne suis pas satisfaite. Riz pas assez aromatisé à mon goût. Dressage incomplet. Mon côté « perfection » qui vient m’insulter. Et mon bras qui me rappelle qu’il a cramé.

Photos instagrammées à l’arrache de nos réalisations

Service du dessert. Les chefs ont l’air d’apprécier.
Les filles ont déchiré ! L’idée est décalée et audacieuse, mais en restant « simple » en saveur (ne jamais surcharger une assiette). Brioche perdue, chocolat noir corsé et confiture de poivrons rouges. J’aime.

L’autre équipe sert son plat. Je ne touche plus terre. J’ai juste envie de m’asseoir et de boire des tonnes d’eau. La course du matin m’avait tué, la pression des deux autres épreuves m’a achevé !

Vient le temps de la délibération des jurés. On s’assoie pour retrouver nos esprits.

18h30, à peu prêt. Annonce des résultats.

Les 8 équipes demi-finalistes sont appelées, une par une, par ordre croissant.
Vient notre tour. Les deux équipes finalistes sont appelées à monter sur le podium pour l’annonce du vainqueur… Chaque minute dure 5h. J’ai l’impression que mon corps ne m’appartient plus. Tu as envie de disparaitre tellement le temps semble long. Musique « stressante ».. Speaker faisant durer le suspens. Et là. L’annonce.

Nous avons gagné.

Échange de regards aux yeux exorbités, encore. Cris de joie. Nous avons gagné. Impossible de réaliser sur le coup. Impossible non plus d’imaginer avoir vraiment gagné. La surprise a fait place à la joie. Nous sommes heureuses d’avoir remporté cette première édition du concours. Contre toute attente, nous avons gagné. Je ne peux m’empêcher de me demander comment, ce qui a vraiment fait la différence, mais je ne suis pas certaine de vouloir le savoir. Remise des lots.

Tout au long de ce concours, j’ai été bluffée par la technique de certaines équipes, par les gestes assurés de certains, leur créativité, leur finesse dans la réalisation. Je ne peux m’empêcher de penser aux équipes qui menaient la compétition au début des épreuves. J’ai été bluffée par la vitesse de création de certains, par cette façon personnelle que chaque équipe a eu d’interpréter les consignes, et de créer à partir d’une base commune.

Et à ceux qui disent que « Reims » a gagné, je me permettrai de répondre que mes coéquipières et moi n’avons pas concouru pour faire gagner notre école, ou que sais-je encore. Loin des « compétitions de classement », nous avons avant tout voulu partager un moment de cuisine, en grandes amatrices. A ceux qui disent que nous avions été « pistonnées » avant le concours, je me permettrai de répondre que mes 2 coéquipières ne sont pas dans les petits papiers des associations, et que ma vie quotidienne se déroule bien loin des locaux, loin de tout ça. Alors non, nous n’avons pas « forcément gagné » parce que nous étions de Reims, mais parce que les juges de cette compétition l’ont décidé. Et que ceux qui veulent en débattre directement ne se gênent pas.

Place maintenant aux recettes de la finale, pour ceux que ça intéresseraient…

Involini de poulet, jambon cru et fromage frais.
Pour 5 personnes

– 3 escalopes de poulet
– 5 tranches de jambon cru (type jambon de Bayonne)
– 5 cs de fromage frais nature (type Philadelphia, Carré frais..)
– une 12 aines de brins de ciboulette + 5 pour le service
– poivre
– (une échalote finement ciselée si vous voulez)
– huile d’olive pour la poêle
– cure-dents / ficelle pour fermer, si besoin

Déposer les escalopes de poulet sur un papier sulfurisé. Recouvrir d’une seconde feuille.
Aplatir les escalopes à l’aide d’un rouleau à pâtisserie : rouler sur les escalopes pour qu’elles s’affinent.
Dédoubler les escalopes : A l’aide d’un bon couteau, poser votre main sur l’escalope, à plat. Dédoubler l’escalope en deux « petites » escalopes plus fines. Attention à bien « viser » pour obtenir deux escalopes de tailles comparables.
Recouvrir d’une tranche de jambon cru (sans que cela ne dépasse des escalopes).
Préparer la farce : Dans un bol, mélanger le fromage frais, la ciboulette, le poivre (et l’échalote) à l’aide d’une fourchette. Ne saler que si le fromage ne l’est pas du tout (et légèrement, car le jambon apportera du sel).
Déposer un peu de cette farce sur une des extrémités des escalopes, puis rouler l’escalope sur elle-même pour que la farce soit bien scellée.
Fermer à l’aide d’un cure dent ou de ficelle si vous le souhaitez.
Faire chauffer 2 cs d’huile d’olive dans une poêle (au beurre si vous voulez). Lorsque la poêle est bien chaude, déposer les escalopes face « à fermer » contre la poêle. Saisir pendant 5 mn de ce côté là.
Faire cuire pendant 15 mn à feu moyen, en veillant à bouger les escalopes pour que toutes les faces soient dorées.
(Pour une cuisson au four, prévoir un four à 220°C, cuisson pendant 10/12mn après les 5 mn de saisie).
Servir les involtini bien chauds, avec l’accompagnement de votre choix.

Vous pouvez décliner la « garniture » à l’infini. A l’origine, involtini signifie « roulés » en italien… Laissez donc votre imagination travaillée… Et pourquoi pas une version au poisson… à méditer !

Confiture de poivrons rouges

Pour la confiture, je vous laisserai prendre la recette sur le blog de Julie, c’est par ici !

Pour finir cet article, je tenais à remercier l’équipe d’Arretedemalbouffer qui a fait un travail hallucinant pour organiser ce concours ! Un grand bravo à toute l’équipe ! J’espère que le concours continuera à vivre, et à grandir ! Merci également aux jurés qui ont apprécié nos plats, et particulièrement à Alexis pour ses conseils tout au long des épreuves (Je maintiens la pointe du couteau, promis). C’était un week-end de folie… et ça donne envie de prendre des cours de technique…

Cet article sera modifié dans les prochains jours, lorsque les photos prises par la photographe pendant le concours seront publiées. Si vous avez des photos, n’hésitez pas à me les faire parvenir !

Site officiel du concours :
Les Toqués

Ils parlent du concours :
L’Union

11 commentaires

  • Quelle belle épreuve, j’imagine ton stress pour avoir fait aussi un concours récemment … quand c’est fini on est bien soulagé, n’est-ce pas !! bravo à votre équipe ! yay !

  • Bravo!!!
    J’ai adoré lire cet article et suivre tes aventures… du coup je comprends aussi mieux ton tweet sur la brûlure ;).
    Et en tant que grande gagnante tu as gagné quoi?!
    A bientôt
    Céline

  • « Sauf que je cours à la vitesse d’un lamantin sur la plage » : merci pour le fou rire ma grande ! Je te raconte même pas les images qui me sont venues en tête à la lecture de cette phrase. En tout cas, sache que ta tête n’irait pas bien sur le corps d’un lamantin.
    Sinon, FELICITATIONS encore une fois, tu la mérites amplement cette victoire.
    Et petit compliment supplémentaire, ce post est particulièrement bien écrit, et se lit très agréablement malgré sa longueur. :)

  • Génial cet article! C’est cool de découvrir le concours vu par les participants
    N’hésite pas à nous dire comment améliorer le concours pour l’année prochaine :)

  • Félicitations !!
    rien qu’en lisant j’étais stressée, idem quand je regardai Top Chef donc je serai incapable de faire ce genre de concours je serai liquéfiée et incapable de casser 1 oeufs !!! donc je suis admirative devant la force de mentale des personnes qui font ce genre de concours !!

Laisser un commentaire