Gratin de poireaux et de jambon Serrano

Pourtant voyez-vous, le gratin et moi, nous n’avons pas toujours été amis. Je dirais même que nous nous sommes réconcilié il n’y a vraiment pas longtemps. Parce que dans un bon gratin, il y a quelque chose que je n’apprécie pas énormément : la béchamel. Elle et moi, nous n’avons pas vraiment été présenté. On me l’a offert pour la première fois, petite, chez une nourrice. « Gratin d’endive aux jambons ». Il parait qu’on ne garde pas beaucoup de souvenirs de son enfance… Et bien j’aime autant vous dire que celui-là, il est bien encré dans ma tête. J’ai été forcé d’en manger une paire de fois, de ce « gratin d’endives au jambon ». Et de devoir finir mon assiette. Et bien c’était vraiment pas bon.

Plus tard au collège, à la cantine, on avait souvent des « oeufs dur à la béchamel » en plat principal. Allons-bon. Vous prenez des oeufs durs et vous les faites réchauffer dans une béchamel épaisse. Et fade. Et vraiment dégueulasse en fait.

Du coup, bon, la béchamel et moi, nous n’étions pas vraiment super copains, trop lourd, trop écoeurrant… Lorsque ma mère me demandait de monter les lasagnes à la maison, je prenais un malin plaisir à réduire au maximum (voire « Oups, j’ai oublié) la dose de béchamel. Mais des lasagnes sans béchamel, c’est pas super bon. Je vous l’accorde.

Et vint un jour la fois où j’ai fait moi-même la béchamel. Du beurre salé, de la maïzena, beaucoup de muscade, et du lait, doucement, pour pas qu’il y ait ces horribles grumeaux. MA béchamel. Pas trop lourde, pas trop écoeurante. Une qui me plait. Bon, j’en mangerai pas à la petite cuillère pour autant… Mais au moins, je peux refaire de beaux gratins comme celui-ci !

Gratin de poireaux

Gratin de poireaux et de jambon Serrano

Un gratin équilibré et réconfortant comme il faut
Temps de préparation: 25 minutes
Temps de cuisson: 40 minutes
Temps total: 1 heure 5 minutes
Type de plat: Plat principal
Cuisine: Française
Portions: 4 personnes

Ingredients

  • 6 poireaux assez fins
  • 10 tranches de jambon Serrano
  • 15 g de beurre
  • 15 g de maïzena
  • 1 c. à café de noix de muscade
  • 300 ml de lait entier
  • 100 g de chapelure
  • 100 g de gruyère râpé

Instructions

  • Préchauffer le four à 200°C.
    Beurrer un moule à gratin.
  • Enlever les feuilles du poireaux (le vert foncé, en gardant le vert assez tendre)
    Le faire cuire pendant 5min à la vapeur. Laisser égoutter. 
    Couper les tranches de jambon en deux.

Réaliser une béchamel

  • Faire fondre la noisette de beurre dans une poêle. Ajouter la maïzena et laisser colorer quelques minutes.
    Ajouter la muscade puis le lait petit à petit en fouettant sans cesse jusqu'à obtenir un mélange crémeux et épais.

Préparer le gratin

  • Entourer les poireaux de jambon et déposer dans le plat à gratin. Napper généreusement de béchamel.
    Mélanger la chapelure et le gruyère, répartir sur le gratin.
  • Enfourner pour 20 mn, il faut que le dessus du gratin soit bien doré.
Vous avez essayé cette recette?Mentionnez @gourmandiseries sur Instagram ou tagguez là #gourmandiseries!

Le gratin. Un plat réconfort, parfait pour les soirées d’hiver. En tête ? Le gratin de pâtes. Beaucoup de crème, de la béchamel, et beaucoup, beaucoup de gruyère râpé. Pour oublier le froid, et la nuit qui tombe. J’ai choisi de proposer une version plus « allégée », qui marrie le légume et le gourmand du jambon… Pour se réconforter sans trop culpabiliser !

14 commentaires

  • Ah mais là, je dis non !
    La béchamel dans les plats d’origine italienne, c’est juste une hérésie !
    Dans les lasagnes, pas de béchamel, dans les gratins de pâtes, pas de béchamel. La béchamel, c’est français et il y a plein d’autres manières d’agrémenter ces plats (la crème épaisse, ça n’existe pas non plus en Italie).
    Dans ma cuisine, on prépare une sauce qui ressemble à une bolognaise épaisse pour les lasagnes. Mais on peut aussi mettre de la ricotta. Et pour le gratin de pâte, on met des légumes et du fromage. Les dés de légume dégorgent, ce qui fait une sauce ;)
    Pour en revenir à ton gratin de poireaux, il me donne des idées tant il a l’air appétissant. C’est vrai que c’est plus léger, et ça a l’air rudement bon :)

  • Miam, miam ! Je garde l »idée !
    Moi, ma béchamel, je la fais light : je fais bouillir du lait écrémé et je rajoute de la maïzena et tada !! (avec un peu de muscade, parce que c’est vraiment trop bon!)

  • j’aime beaucoup ta recette et tes explications sur ton enfance!!! j’ai les même souvenirs et ils passent toujours pas!!! merci de ta participation à Culino Versions :-)

  • Alors là je suis bien d’accord, les endives au gratin c’est juste le cauchemar. Ils adorent ça dans ma famille et parfois ma mère qui a tendance à oublier mes goûts (qui sont changeant, je l’avoue) m’annonce avec joie « endives au jambon ce soir! » réponse « on a des pâtes dans le placard? ».
    Par contre la béchamel c’est pour moi le bonheur et j’en boirai dans un mug si je pouvais. Pour moi la béchamel c’est celle de ma maman(celle la même qui me propose d’affreuses endives au gratin) quand elle fait de la blanquette: une toooonne de béchamel sur mes légumes et mon riz à bas de farine et de beurre et avec pleiiin de bouillon qui sent bon les légumes. Tiens j’en bave. Ca tombe bien, je vais manger!

  • la béchamel, j’ai eu du mal pendant longtemps, jusqu’à ce que comme toi, je trouve « la mienne » :)

    Merci pour cette belle Culino Version!

    Bonne journée!

  • C’est rigolo parce que moi j’adore la béchamel et je finis la casserole à la petite cuillère mais je n’en mets jamais dans les gratins ni dans les lasagnes. Par contre dans les endives au jambon, oui, mais je ne les fais pas spécialement gratiner ;-)

Laisser un commentaire